Identifier son animal de compagnie : une obligation légale

Identifier son animal de compagnie : une obligation légale
Pucer ou tatouer son animal de compagnie est une pratique légal obligatoire, sous peine de sanctions pénale. On fait le point ensemble sur comment s'y prendre.

Identifier son chien, son chat ou les NAC est une pratique obligatoire encadrée par la loi. Plus qu’un devoir de la part des maîtres, il s’agit d’une véritable protection pour nos boules de poils. On fait le point ensemble sur l’identification des animaux de compagnie.

Identifier son animal de compagnie : ce que dit la loi

Rendue obligatoire en 1999, l’identification pour les chiens doit se faire soit par tatouage soit par puçage sur les animaux de plus de 4 mois. Depuis 2012, cette loi est désormais étendue aux chats domestiques qui doivent en bénéficier après leur 7 mois.

Cet arrêté s'inscrit dans la démarche de préservation des animaux domestiques. Une identification leur procure une protection en cas de vol, de perte ou d’abandon, mais aussi une traçabilité en cas de maladie grave pouvant mener à une épidémie. Il est donc obligatoire de l’identifier et lui permettre d'exister légalement aux yeux de l’État. Lors de cette procédure, un matricule lui est administré pour le retrouver à tout moment et identifier son maître ainsi que son lieu de domicile. Il est alors inscrit au fichier national d’identification des carnivores domestiques, I-Cad et existe légalement.

Attention, le non-respect de cette loi avant une cession de l’animal est passible d’une amende de 750€. De plus, tout animal trouvé errant et non identifié dans la rue à plus d’un kilomètre de son domicile et sans la présence de son maître encore l’euthanasie.

Pourquoi identifier son animal de compagnie ? 

Au-delà de l’aspect légal, identifier son animal de compagnie lui assure une protection certaine. Cela permet de réduire de façon drastique l’abandon des animaux qui reste encore très importante aujourd’hui. Un animal non pucé ou tatoué retrouvé errant dans la rue n’est légalement à personne et risque l’euthanasie.

De plus, si vous voulez souscrire à une assurance pour lui, alors un numéro d’identification vous sera demandé. Tel votre numéro de sécurité sociale, le matricule de votre animal lui permettra d’obtenir de nombreux soins grâce à son assurance.

Identifier son animal de compagnie permet une traçabilité de ce dernier. Le numéro unique qui lui est associé permettra aux autorités compétentes comme les vétérinaires, les refuges ou encore la gendarmerie, de le retrouver en cas de vol ou de perte.

Il s’agit également de responsabiliser le propriétaire face à l’adoption, l’achat ou la cession d’un animal. Qu’il ait été obtenu via un refuge, un élevage ou un particulier, il est nécessaire pour lui de faire un passage chez le vétérinaire afin qu’il puisse être identifié. Il y a donc un contrôle inévitable concernant son état de santé, ses vaccins ou d’autres éventuels problèmes de santé. En plus d’une protection liée à l’identification, il bénéficie d’un check up trop souvent minimisé.

 

Comment identifier son animal ?

Le tatouage par dermographe.

C’est la pratique qui a été la plus répandue depuis des années. Elle consiste à tatouer l'animal à l’intérieur de l’oreille ou sur la partie interne de la cuisse. Très utile, elle procurait cet avantage de pouvoir identifier instantanément le matricule. Or, ce système d'identification est de moins en moins prisé en raison du manque de lisibilité du tatouage au fil des années. De plus, cela nécessite une intervention sous anesthésie, contrairement à la pose du transpondeur qui se fait en quelques minutes sans douleur pour l’animal.

 

La puce électronique.

Aussi appelé transpondeur, il s’agit d’une micro puce de la taille d’un grain de riz qui est implanté chez l’animal dès son plus jeune âge, souvent au niveau du cou. À partir de 7 mois pour les chats et aux chiens de plus de 4 mois. Elle ne présente que des avantages en comparaison au tatouage puisqu’elle est indolore et ne risque pas de migrer d’emplacement au fil des années. Elle permet l’identification du matricule et des informations importantes liées à l’animal. La mise à jour de ces dernières est rapide et facile à faire directement sur le site de l’I-Cad.

Un des seuls risques de la puce est qu’elle n’est pas visible instantanément. Par conséquent, si votre chien ou chat est retrouvé seul, il pourrait être considéré comme abandonné et non pucé si la personne ne démarche aucun vétérinaire pour lire la puce.

C’est pour cela qu’un complément d’identification est conseillé. Le tatouage ou alors une médaille avec des inscriptions spécifiques permettent de savoir si votre animal est enregistré légalement au fichier national. Une solution complémentaire peu chère et esthétique qui vient s’ajouter au collier.

Identifier son animal de compagnie est aussi important que tout l’amour que vous lui portez, pensez à sa protection et à son bonheur !

Produits associés
Contactez Nous
Copyright © 2022 - chou-pet.fr. Tous droits réservés.